De Carolis à la défense de son périmètre

Le président de France Télévisions, Patrick de Carolis, défend le périmètre de la télévision publique française et son indépendance éditoriale après l'annonce de la fin prochaine de la publicité à l'antenne. Le 8 janvier, le président de la République, Nicolas Sarkozy, a demandé que «l'on réfléchisse à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques». La perte financière, a-t-il alors annoncé, pourrait être compensée par «une taxe sur les recettes publicitaires accrues des chaînes privées et par une taxe infinitésimale sur le chiffre d'affaires de nouveaux moyens de communication».

M. de Carolis souhaite que le manque à gagner soit compensé intégralement et que le financement des programmes qui remplaceront les écrans publicitaires soit également assuré. Il estime en outre, dans une tribune parue dans Le Monde, que France Télévisions doit conserver ses cinq chaînes, soit France 2, France 3, France 4, France 5, Réseau France Outre-mer (RFO) et France Ô

Source

  • Patrick de Carolis, «Pour que vive le service public!», Le Monde, 18 janvier 2008, p. 18.