L'art de la désobéissance civile

«Outrageons le drapeau!», s'insurge Bernard Cerf dans les pages du quotidien français Le Monde en réaction à l'adoption par l'Assemblée nationale d'un amendement au Projet de loi pour la sécurité intérieure. L'article 45bis du projet de loi tel qu'adopté en première lecture (TA n° 79) prévoit l'ajout d'un article 433-5-1 au Code pénal: «Constituent un outrage puni de 7 500 € d'amende les agissements qui portent atteinte au respect dû au drapeau tricolore et à l'hymne national, tels que définis à l'article 2 de la Constitution. Lorsqu'il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende.»

M. Cerf enjoint les cinéastes, les musiciens, les artistes et les écrivains à créer des oeuvres d'outrage au drapeau et à La Marseillaise. «Si nous sommes incapables maintenant de prendre la parole pour nous opposer à cette déferlante de lois liberticides, ne me faites pas croire que demain nous serions capables de nous opposer à des militaires», croit le signataire, réalisateur et producteur de courts-métrages.

Source

  • Bernard Cerf, «Outrageons le drapeau!», Le Monde, 8 février 2003, p. 14.

Aller plus loin

  • David Martin-Castelnau, «Le blasphème est un droit - Le projet de loi qui punit les atteintes au drapeau et à La Marseillaise est une erreur», Libération, 29 janvier 2003, p. 5.
  • Anonyme[éditorial], «Société policière», Le Monde, 14 février 2003, p. 17.
  • Manuel Valls, «Oui, respecter le drapeau», Le Monde, 14 février 2003, p. 16.