Al Mahdi

Al Mahdi entend plaider coupable à la charge de destruction du patrimoine culturel

Ahmad Al Faqi Al Mahdi a annoncé son intention de plaider coupable aux accusations portées contre lui par la Cour pénale internationale. Il a fait connaître son intention, le 1er mars 2016, au cours de la procédure devant la Chambre préliminaire. L'audience s'étant déroulée à huis clos, la Procureure de la Cour, Fatou Bensouda, n'a rendu publique l'information qu'à la suite de la décision de renvoi devant la Chambre de première instance.

La reconnaissance de culpabilité est prévue par l'article 65 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Il appartient à la Chambre de première instance de déterminer si l'accusé a compris la nature et les conséquences de son aveu de culpabilité, s'il l'a fait volontairement après consultation suffisante avec son conseil et si sa déclaration est étayée par les faits de la cause et la preuve apportée par le Procureur. Une date pour l'audience devant la Chambre de première instance devrait être fixée prochainement (mise à jour: elle a été fixée au 22 août 2016).

Mme Bensouda rappelle la «dimension historique» de l'affaire: aucune autre poursuite n'a été diligentée exclusivement pour crime de guerre contre des biens culturels. «La destruction délibérée et gratuite de mausolées et de bâtiments historiques dédiés à la religion […] a causé un préjudice grave pour les pratiques religieuses, le patrimoine historique et l'identité culturelle des habitants de Tombouctou, des Maliens et de la région dans son ensemble», a indiqué la Procureure. Le préjudice s'étend à toute l'humanité, a-t-elle ajouté, puisqu'il s'agit d'un site inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.

Sources