Dieudonné se produira à Genève

Patrice Mugny, conseiller administratif en charge du Département des affaires culturelles de la Ville de Genève, revient sur sa décision d'annuler la série de spectacles de l'humoriste français Dieudonné au Casino-Théâtre. Après trois entretiens téléphoniques entre les protagonistes, M. Mugny a obtenu que Dieudonné s'excuse publiquement de ses propos dans une «Lettre ouverte aux Genevoises et aux Genevois».

«[J]'ai admis que certaines de mes expressions malencontreuses, sorties de leur contexte, ont pu blesser des personnes de confession juive. J'aimerais par cette lettre m'excuser auprès d'elles et leur confirmer que je condamne avec la plus grande fermeté l'antisémitisme ainsi que toutes les autres formes de racisme», écrit Dieudonné dans sa lettre publiée notamment par le quotidien suisse Le Temps.

M. Mugny affirme, dans un communiqué rendu public hier, n'avoir «jamais été fermé au dialogue avec M. Dieudonné, considérant que ma position de magistrat et d'homme politique consistait justement à refuser de tomber dans le politiquement correct et à assumer mes responsabilités». La veille, il avait toutefois regretté «le glissement de Dieudonné dont le combat dans les années 80 pour défendre la reconnaissance des beurs et leur intégration dans la société française était exemplaire» et avait décidé de ne pas autoriser son spectacle «afin d'éviter publiquement des dérapages verbaux nuisibles à la collectivité genevoise». Le spectacle de l'humoriste français intitulé Le divorce de Patrick doit finalement être présenté du 15 au 17 mars au Casino-Théâtre de Genève.

Sources

  • Dieudonné, «Lettre ouverte aux Genevoises et aux Genevois», Le Temps, 20 février 2004.
  • Ville de Genève, Département des affaires culturelles, Dieudonné: la Ville de Genève refuse de lui mettre à disposition une salle (18 février 2004).
  • Ville de Genève, Département des affaires culturelles, Dieudonné se produira au Casino-Théâtre (19 février 2004).

Aller plus loin

  • Olivier Perrin, «L'art de la tactique finaude», Le Temps, 20 février 2004.