La direction du New York Times touchée son tour

Après la démission de deux de ses journalistes, le New York Times doit faire face au départ du directeur de la rédaction, Howell Raines, et de l'un de ses adjoints, Gerald M. Boyd. «The good of any particular institution depends on its people, but this one depends equally on the confidence that readers place in it, a confidence based on the belief that every day, the paper struggles mightily to get things right», écrit le Times en éditorial. Il semble que les démissions successives de Jayson Blair et de Rick Bragg en à peine un mois aient sapé la confiance du public envers le prestigieux quotidien new yorkais.

«[A] leader's fight to reclaim control of a job gone sour can sap energy away from the institution he or she is trying to lead. The welfare of a great institution is always more important than the careers of the people who run it», justifie l'équipe éditoriale. M. Raine est remplacé temporairement par Joseph Lelyveld, son prédécesseur qui avait pris sa retraite en 2001, alors que le successeur de M. Boyd n'a pas été encore désigné.

Sources

  • Jacques Steinberg, «Times's 2 top editors resign after furor on writer's fraud», The New York Times, 6 juin 2003, p. A1.
  • Anonyme, «Leadership at The Times», The New York Times, 6 juin 2003, p. A32.

Aller plus loin

  • Jack Shafer, «Dead man editing, Sooner or later, the beleaguered Howell Raines will take a bullet for his paper», Slate, 3 juin 2003, [url].