Une enquête démontre le comportement fautif de Jack Kelley

Après une enquête interne de sept semaines, une équipe de journalistes et d'experts indépendants a découvert des preuves confirmant qu'un ancien journaliste du USA Today, Jack Kelley, a inventé une partie substantielle d'au moins huit textes publiés sous sa plume, a repiqué une douzaine de citations à des publications concurrentes et a tenté de tromper les enquêteurs qui investiguaient son travail. L'équipe formée de journalistes et de recherchistes du premier quotidien états-unien, ainsi que de trois vétérans journalistes extérieurs à la rédaction, a examiné 720 textes écrits par M. Kelley et publiés entre 1993 et 2003.

Des douzaines de personnes ont été interviewées, les comptes de dépenses du journaliste ont été épluchés, y compris ses factures de téléphone cellulaire, et quelque 150 textes ont été soumis à un logiciel capable de détecter le plagiat. L'équipe s'est même rendue à Cuba, en Israël et en Jordanie au cours de son enquête. Les trois vétérans journalistes indépendants, Bill Hilliard, Bill Kovach et John Seigenthaler, ont supervisé tout le processus et interviewé M. Kelley durant près de vingt heures afin de recueillir ses explications. Jack Kelley, qui était membre de la rédaction du USA Today depuis son lancement en 1982, a été contraint de démissionner à la suite d'une première enquête démontrant qu'il avait contrevenu à de nombreuses règles déontologiques.

Sources

  • Blake Morrison, «Ex-USA Today reporter faked major stories», USA Today, 19 mars 2004, p. A1.
  • Anonyme, «How USA Today is conducting the investigation», USA Today, 19 mars 2004, p. A16.

Aller plus loin

  • Lire l'actualité du 16 janvier 2004.