Une histoire officielle?

«Dans la République, il n'y a pas d'histoire officielle. Ce n'est pas à la loi d'écrire l'Histoire», a affirmé le président de la République française, Jacques Chirac, dans le cadre du débat autour de l'article 4 de la Loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés (JORF, 24 février 2005, p. 3128).

Celui-ci énonce que les «programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer... et accordent à l'histoire et aux sacrifices des combattants de l'armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit». Le chef de l'État a demandé la création d'une «mission pluraliste pour évaluer l'action du parlement dans les domaines de la mémoire et de l'histoire», mais pas l'abrogation de l'article controversé.